02 janvier 2012

Autism: A Year In Review

Traduction : G.M.

Pour clore l'année 2011, voici une petite synthèse des découvertes de l'année, proposée par le site Huffingtonpost

Autisme: Revue de l'année 

Aux États-Unis, nous avons constaté une augmentation de quinze fois des diagnostics d'autisme au cours des deux dernières décennies. En fait, on estime actuellement que près de 1% des enfants américains ont un trouble du spectre autistique (TSA), tandis que le taux chez les adultes américains est largement inconnu. L'autisme est décrit dans le DSM-IV, classé comme un trouble habituellement diagnostiqué pendant la prime enfance, l'enfance ou l'adolescence. L'autisme est encore classé comme un trouble envahissant du développement, relevant le spectre autistique avec le syndrome d'Asperger et les autres troubles du développement non spécifiés.L'autisme est caractérisé par des facultés affaiblies dans le développement social, des habiletés de communication limitées, et des mouvements répétitifs. Les personnes en situation d'autisme peuvent avoir des dysfonctionnements des systèmes de neurones miroirs, qui sont impliqués dans l'apprentissage de l'imitation et dans l'empathie. Le système des neurones miroirs est considéré comme la base neurale de la cognition sociale humaine, et les études anatomiques montrent une réduction significative de la masse corticale des zones du cerveau directement peuplées par les neurones miroirs chez les personnes atteintes d'autisme.Les causes de l'autisme, cependant, demeurent obscures. Les facteurs génétiques, la communication dysfonctionnelle de cellule à cellule, et même des facteurs environnementaux tels que des agents tératogènes (substances chimiques qui causent des malformations congénitales) ont tous été impliqués. En effet, les TSA peuvent être aussi uniques que les gens qui vivent avec eux, et une explication par cause unique ne peut jamais être suffisante. Une chose que nous savons avec certitude est qu'il n'y a jamais eu de lien légitime trouvé entre l'autisme et l'utilisation du vaccin. La science ne supporte pas la vaccination des enfants comme un facteur causal.Dans un numéro spécial du magazine Découvrir publié plus tôt cette année, cinq causes intrigantes pourtant largement spéculatives du trouble sont discutées. D'une hypothèse auto-immune à un modèle de mitochondries avec facultés affaiblies, ces explications provocatrices défient la sagesse conventionnelle, et peuvent, en fait, ouvrir la porte à une nouvelle façon de penser sur les TSA. Nous avons beaucoup appris sur l'autisme récemment, et avec chaque nouvelle découverte, l'image devient plus claire.Les enfants et les adultes atteints de TSA semblent avoir des difficultés pour connecter les indices sociaux avec une expérience personnelle émotionnelle. Fait intéressant, ils sont largement à l'abri du très «contagieux» bâillement. Dans une étude réalisée sur les comportements de bâillements chez les jeunes enfants, seuls 11% des enfants avec autisme âgés de cinq à douze ans étaient pris d'un bâillements, par opposition au 43% des témoins appariés.Dans plusieurs études cliniques, l'ocytocine, l'hormone impliquée dans les rapports humains, a été pointée comme pouvant améliorer les habiletés sociales chez les adultes atteints de TSA. Comparativement au placebo, la prise d'ocytocine chez des adultes autistes a démontré une capacité accrue à comprendre la parole affective, une meilleure identification de la coopération dans un environnement social simulé , et même une réduction des comportements répétitifs. Ceci est un développement passionnant, car il n'existe actuellement pas de traitement médical pour des problèmes sociaux ou de communication, en dehors de l'intervention comportementale intensive.L'année dernière, une étude publiée dans le Journal of Neuroscience a fourni des preuves convaincantes que l'un des premiers signes de l'autisme est la croissance du cerveau excessif. Bien que les enfants sont habituellement diagnostiqués entre l'âge de trois et quatre ans, secondairement à des troubles du comportement et des retards, il est notable que les enfants autistes ont des cerveaux plus gros dans la première année de vie. Bien qu'aucun remède à l'autisme n' existe, les outils de dépistage précoce peuvent conduire à des interventions comportementales précoces.
La prévalence de l'autisme est quatre fois plus élevée chez les garçons que chez les filles, et jusqu'à récemment, les chercheurs ne pouvait que spéculer quant à une cause génétique ou hormonale de la divergence. Mais, dans une étude publiée plus tôt cette année, une interaction gène-hormone qui semble être largement impliquée a été identifiée. L'acide rétinoïque liée au récepteur alpha orphelin (RORA) est un gène qui contrôle indirectement la production des hormones sexuelles par l'intermédiaire d'une enzyme appelée aromatase. Dans le cerveau des personnes atteintes d'autisme, la façon de communiquer de ces produits neurochimiques semble être déréglée, causant des niveaux normaux plus bas de protéines et de RORA aromatase, et une accumulation significative de la testostérone. Cela pourrait expliquer pourquoi les garçons sont beaucoup plus fréquemment touchés que les filles, car des niveaux élevés d'oestrogène semblent protéger contre le dysfonctionnement de ce système.
Une autre tendance récente, que j'ai remarqué dans la littérature scientifique est celle qui célèbre la perspective unique, la focus et la créativité dans la communauté autiste, au lieu de fixation sur les déficits seuls. Le côté humain de l'autisme est magnifiquement exposé dans un récent numéro du National Geographic, où photographe Timothy Archibald présente "Echolilia», un exposé sur l'autisme de son enfant, et un effort conjoint entre père et fils en apprendre davantage sur l'esprit de l'autre, esprits qui se sentent souvent frustrant inaccessibles.  
En outre, un article publié par le New York Times publié cette semaine même raconte l'histoire romantique de Jack et Kristen, deux jeunes gens qui s'aiment en dépit, ou peut-être en vertu de l'expérience quotidienne autistique. Des histoires comme celles-là, nous rappelent que la science et l'humanité de l'autisme sont inextricablement liés, et nous ne pouvons pas en savoir sur l'un sans connaître l'autre.

1 commentaire:

Fran Werttt a dit…

Bonjour
Merci pour cette synthèse très bien traduite. Une petite remarque sur le verbe "supporter" dans cette phrase : "La science ne supporte pas la vaccination des enfants comme un facteur causal."
Attention également à laisser un espace après le point.
Merci, Fran (pas du tout un maniaque de l'orthographe).